Les Héroïnes

Les Héroïnes

Vingt quatre heures d’une femme sensible

Constance de SALM

02/11/2012

Postface de Claude Schopp

Confrontée à l’image obsédante de son amant disparaissant dans la calèche d’une autre beauté au sortir de l’Opéra, une femme tente de comprendre les mille émotions qui l’assaillent. Au cours d’une nuit d’insomnie et d’une journée perdue à guetter un signe de celui qui vient de la trahir, elle ne trouve d’autre consolation que de lui écrire.

Ils en parlent …

« […] Stefan Zwzeig s’est visiblement inspiré de son roman dans Vingt-quatre heures de la vie d’une femme. Alors, retournez vers l’original. C’est une bénédiction. »

Jacques-Pierre Amette. Le Point.

Dans la même thématique