Libertinages

Libertinages

Éloge de la caresse

François SOLESMES

09/11/2006

L’érotisme qui gouverne ces pages, bien que s’autorisant toutes les précisions, toutes les audaces, ne vise nullement au scandale. Il s’agit simplement de déceler par quel mystère la caresse de la main sur la peau offerte éveille en nous un tel flux de désir, d’images elles aussi longuement « caressées », de promesses inouïes.

Nous est donc proposé un « voyage » à travers les différents paysages du corps féminin, non point un blason statique des beautés et des prestiges de la chair, mais une active rêverie où tous les gestes sont osés, exaltés, « filmés » avec cette minutie cérémonielle qui est la marque de toute dévotion. Pour François Solesmes, comme pour les anciens troubadours, l’érotisme n’est que l’autre nom d’un accomplissement qui engage à parts égales – et à part entière – le corps et l’âme.

Dans la même thématique