Les Maritimes

Les Maritimes

Albatros

Deborah Scaling KILEY

17/09/1998

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Katia Holmes

« C’est le 28 octobre 1982 que j’ai été sauvée en mer. À en croire tous les articles de journaux de l’époque, j’étais de ceux qui survivent parce qu’ils sont des ’battants’. Mais il me fallut plus de dix ans pour m’en persuader moi-même. Car je vécus la décennie qui suivit le naufrage comme une vraie tempête, aussi réelle, aussi terrifiante et démesurée que celle qui avait envoyé mon bateau par le fond. L’accalmie ne se profila que lorsque je commençai à raconter à d’autres ce qui m’était arrivé. »

Ce que l’auteur décrit s’apparente au plus glaçant des thrillers que l’on puisse imaginer : un voilier de rêve en direction des Caraïbes, trois hommes et deux femmes, un ouragan inouï qui sème le chaos. Huis clos, haine, requins, solitude et suspense.

Ils en parlent …

« Une version moderne du Radeau de la Méduse, revue par Stephen King. »

Le Monde.

Dans la même thématique